×
. YOGA SANTÉ
 

Détente en famille entre le travail, les devoirs et le coucher

Le stress est devenu la norme dans notre culture : adultes et enfants le subissent et malgré les études qui démontrent à quel point il est dommageable, il continue de s'étendre.

Posture assise dommageable

Dans mon domaine d'expertise, yoga et méditation, la solution se trouve dans la reconnexion avec le corps, car le problème est le suivant : notre façon de vivre nous « déracine », nous coupe de notre corps et de ses besoins. Souvent, nous ne voulons pas regarder la réalité en face parce que les solutions nous semblent impossibles. Par exemple, un des plus grands stress pour le corps est la posture assise sur une chaise. En ce moment, je suis assise sur une chaise à parler du stress!!! Puis l'heure du midi approche, je vais manger... assise sur une chaise. Ce n'est pas souffrant (sur le moment) alors je n'ai pas vraiment conscience du niveau de stress que la posture entraîne dans mon corps.

Cependant conscience ou pas, c'est un fait prouvé. Face à cela, j'ai deux choix : nier la réalité (je ne sens rien donc ce n'est pas grave) ou croire que le corps est en situation de stress et que pour bien aller, je devrai donc en prendre soin.

Comment en prendre soin?

Respirer, bien manger. J'en ai parlé beaucoup dans mes chroniques précédentes et oui c'est toujours à pratiquer et à perfectionner.

Mais aujourd'hui, je vais ajouter un autre élément tout aussi important qui est notre attitude face à la vie. Récemment, quelqu'un m'a demandé de lui proposer des exercices et façons de se détendre à la maison avec les enfants, entre le souper, les devoirs et le coucher. Enfants et adultes reviennent du travail et de l'école. Stressés et fatigués, « il faut » souper, « il faut » faire les devoirs, « il faut » se coucher pour être en forme le lendemain.

Entre ces « il faut », il y a peu de temps à consacrer à vraiment se détendre, car un autre « il faut » suivra. J'opterais donc pour une solution drastique : ma suggestion est la suivante : prenez quinze minutes (sans cellulaire) pour arrêter d'être sérieux et de prendre la vie au sérieux. Vous êtes en famille, heureux de vous retrouver, faites-en un moment festif : mettez de la musique et dansez! Bougez tout le corps, toutes les articulations, pliez dans toutes les directions (avant, arrière, côtés), sautez (à moins qu'il y ait du monde dans le logement du dessous, mais si c'est le cas, un petit trampoline est un bon cadeau à se faire). Riez, laissez le corps bouger comme il veut, amusez-vous avec la conscience que vous vivez un moment magique, que vous « trichez » alors que tout le monde autour est en train de faire des choses très sérieuses avant d'aller dormir. Vous constaterez que pour s'enraciner, rien de tel que d'alléger l'esprit.

Autre idée : bougez encore tout le corps (bouger reste une nécessité). Puis collez de grandes feuilles sur un mur et faites un dessin collectif avec des crayons ou de la peinture. Couleurs, formes, pas de but précis, pas de performance. Avoir du plaisir ensemble.

Le printemps est là (ou à peu près)... sortez en famille prendre une marche (toujours sans cellulaire, car on se connecte à ceux qu'on aime qui sont là en personne, ainsi qu'à notre environnement). Respirez, laissez les enfants courir ou prendre leur temps.

Établissez un quinze minutes hors du temps, des obligations, une fenêtre ouverte sur une autre façon de vivre, légère, joyeuse et connectée.

Si cette idée vous séduit, mettez-la à l'épreuve : prenez la décision de l'essayer pendant toute une semaine puis discutez-en tous ensemble pour évaluer si les activités et l'attitude ont amené des changements positifs et si oui, notez ces changements. C'est important de les nommer, ça donne envie de continuer. Si c'est positif et que vous continuez, vous deviendrez de plus en plus créatifs dans l'art de vivre et donnerez à vos enfants le message que la vie c'est plus que juste des obligations!

Essayez, juste pour le « fun »!


Posté par Renée Dagenais


commentaires à "Détente en famille entre le travail, les devoirs et le coucher"