×
. YOGA SANTÉ
 

La juste attitude

Les gens me demandent souvent de leur donner des exercices de yoga ou de respiration pour aider à réduire le stress ou les douleurs et inconforts dans leur corps. Les exercices comme tels sont faciles à pratiquer et fonctionnent. Cependant, même l'exercice le plus simple, facile et court demeure un vrai défi à accomplir sur une longue période, car créer une nouvelle habitude est difficile. Une fois la lune de miel terminée, il y a des jours où ça ne nous tente pas. Pourtant nos vies sont remplies de choses qui ne nous tentent pas, mais que nous faisons tout de même. Et ces exercices sont bons pour nous et ne prennent pas beaucoup de temps. Logiquement, il devrait être facile de les intégrer à nos vies quotidiennes. Pourtant, ça ne se passe pas ainsi. Un petit exemple :

Si vous me lisez régulièrement, vous vous rappellerez les articles où j'ai donné des exercices pratiques et un en particulier (Respirer sa Vie) où je vous invitais à lire et à pratiquer en même temps toutes les étapes de la respiration spécifique que j'enseignais. À la suite de cet article, j'ai eu de nombreux commentaires de surprise devant la simplicité et surtout l'efficacité de l'exercice : « jamais je n'aurais pu imaginer que des exercices de respiration aussi simples puissent avoir cet effet... »

Effectivement : simples (aucun accessoire requis), faciles (même pas à bouger d'où nous sommes), et ultra-efficaces (effet immédiat et qui se poursuit par la suite).

Maintenant, j'ai une question pour vous : vous avez pratiqué l'exercice avec moi parce que vous recherchez des outils pour aider à réduire un niveau de stress inquiétant et avez été agréablement surpris de sa simplicité, sa facilité et son efficacité... j'aimerais connaître la suite des choses : comme l'exercice est simple, facile, rapide et efficace, je serais en droit de penser que vous avez copié l'article pour le pratiquer tous les jours, n'est-ce pas?

Or je sais pertinemment que c'est une minorité qui continue à le pratiquer. Et ce n'est pas votre faute : c'est que nous sommes éduqués à rester dans notre tête et à passer d'une chose à l'autre. Il y a aussi un phénomène qui fait que lorsqu'on lit sur un sujet, on a l'impression que cela suffit pour le comprendre. Mais pour comprendre quelque chose qui touche le corps, la théorie ne suffit pas et la pratique sur une courte période ne suffit pas non plus.

Reprenons donc les choses du début : le stress est présent partout et nous savons tous que nous devons faire quelque chose pour préserver notre santé, notre bonheur, ainsi que ceux de nos enfants.

Cela n'arrivera pas tout seul ou simplement en lisant sur les méthodes antistress, la méditation ou le yoga. Ni à sauter d'une méthode à l'autre. Lire et faire de petits essais ne suffit pas.

Cela arrivera si nous prenons l'engagement face à nous-mêmes de prendre des actions concrètes sur une période suffisamment longue pour vraiment installer une habitude de paix et de relaxation dans le corps. Si nous prenons la décision ferme de refuser ce style de vie qui rend les gens malades dans leur tête et leur corps. Ce n'est pas parce que tout le monde vit généralement fatigué, stressé, le corps rempli de tensions que nous devons suivre le mouvement général. Cela nous affecte personnellement, mais affecte aussi notre entourage et pénalise nos enfants : stressés, nous sommes moins patients avec eux, moins compréhensifs. Plutôt que de leur apporter du support, nous leur donnons le message qu'ils doivent trouver le moyen de s'habituer à la pression extérieure, au détriment de leur bien-être physique et mental. On leur donne aussi le message que c'est comme ça maintenant parce qu'ils se préparent un bel avenir, mais que lorsqu'ils auront fini leurs études, là ils seront vraiment bien. Faux! Quand ils commenceront à travailler, ce sera pareil. Même avec des postes et des salaires élevés, les gens sont terriblement stressés.

On s'arrête quand? Pourquoi pas maintenant?

Posté par Renée Dagenais


commentaires à "La juste attitude"